Um grande pedagogo: Tout cela ne serait pas arrivé si son père…

(surripado ao Autour du Père Tanguy)

“Dans cette supplique adressée à son grand-père Nathé Weil (le mari d’Adèle sa grand-mère bien aimée) agent de change demeurant 43 rue d’Hauteville le jeune Marcel réclame de l’argent (3 francs) pour aller au bordel afin de payer le vase de nuit qu’il avait cassé, et la somme de 10 francs “pour se vider”, ce qu’il n’avait pas réussi la fois précédente….

La suite est tout aussi inattendue, curieuse et incongrue. Le petit Marcel alors élève à Condorcet, écrivit cette demande à son grand-père le 10 mai 1888. il était né le 10 juillet 1871…
Tout cela ne serait pas arrivé si son père Adrien Proust, un des plus grands hygiénistes de son temps, chef de clinique à l’hôpital Lariboisière, n’avait supplié son fils de cesser de se masturber.
Il avait pour cette raison donné 10 francs à son fils pour une “petite promenade hygiénique” dans un bordel, peut-être la fameuse maison du passage du Saumon.”
 .
Um grande pedagogo, em suma…
.

Sobre soliplass

email: friluftogvind@gmail.com
Esta entrada foi publicada em Uncategorized com as etiquetas , , . ligação permanente.